Les femmes du silence

À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, de grandes mobilisations ont lieu en Europe et aux Etats-Unis. Depuis plus de cent ans, les femmes occidentales se battent pour leurs conditions. Qu’en est-il des femmes du « tiers-monde », les oubliées des médias ?

Supprimer les inégalités salariales et autoriser l’avortement dans toute l’Europe, ce sont là les premières préoccupations des femmes mobilisées aujourd’hui. Bien que de nombreux combats restent à mener, les Européennes sont les femmes les plus avantagées de la planète.

L’enfer secret des femmes d’Orient

De l’autre côté du globe, la condition de la femme n’est pas seulement remise en cause, elle est pour ainsi dire quasi inexistante. En Inde, les viols massifs des femmes indiffèrent Narendra Modi, l’actuel Premier ministre, et son gouvernement. Malgré les grandes manifestations de 2012 suite à l’affaire de « la fille de l’Inde » (une étudiante qui a été sauvagement agressée et violée par six hommes), le viol demeure impuni.

En Asie centrale, les droits des Afghanes sont cantonnés par l’idéologie persistante des talibans et des extrémistes religieux. Défigurées, violées, mariées de force… Le quotidien de ces femmes est un cauchemar sans nom. Leur condition a considérablement régressé depuis la prise de pouvoir de l’Émirat islamique dans le début des années 2000.

L’excision, véritable torture affligée en grande majorité aux jeunes filles (les moins de 18 ans), est encore pratiquée dans de nombreux pays d’Afrique et certains pays d’Asie. En têtes de liste figurent le Burkina Faso, le Mali, la Guinée, l’Egypte, le Soudan du Nord et l’Indonésie. Dans ces pays, au moins huit femmes sur dix ont été mutilées sexuellement.

Il y a à peine deux ans, un scandale est révélé sur la traite de femmes en Arabie Saoudite. Des centaines de Mauritaniennes y sont destinées à l’esclavage pour « distraire » de riches Saoudiens.

« Elles sont séquestrées dans des cours de maisons, victimes de toutes les formes de maltraitances physiques, psychologiques et sexuelles. »

Extrait de l’interview de l’Obs avec Aminetou Mint el Moktar, présidente de l’AFCF, l’association de femmes chefs de famille de Mauritanie.

Quant aux Sud-Américains, vivant dans le continent le plus violent du monde – et certainement le plus misogyne, le terme féminicide (meurtres perpétrés de femmes) est devenu d’usage dans leur quotidien. En Argentine, le pays le plus développé d’Amérique latine, une femme est tuée toutes les 36 heures sous les coups de son compagnon.

Pour moi, le grand combat à mener aujourd’hui est pour toutes ces femmes meurtries, torturées, froidement assassinées, dont les histoires et les souffrances ne sont pas ou très peu relayées par les médias.

Portraits de femmes « d’ailleurs »

Cinq femmes, venues des quatre coins du monde, qui se battent et se sont battues pour les droits humains.

Aung San Suu Kyi

Aung

Femme d’État birmane et lauréate du prix Nobel de la paix (1991). Aung San Suu Kyi est la première à s’être soulevée,  et de manière pacifique, contre la dictature militaire de son pays.

Josephine Kulea

josephine-kulea

Militante féministe Kényane contre l’excision et les mariages forcés. Josephine Kulea est l’ange gardien de plus de 1 000 fillettes qu’elle a sauvé et scolarisé, notamment grâce à la Samburu girls foundation, qu’elle créé en 2012. Véritable héroïne au Kenya, Josephine Kulea sera même citée par Barack Obama dans un de ces discours, comme celle qui lui « donne de l’espoir ».

Malala Yousafzai

malala-yousafzai

A 19 ans, Malala Yousafzai est déjà une grande figure féminine de la lutte pour les droits des femmes. Distinguée à plusieurs reprises, notamment par le prix Nobel de la paix et le prix des droits de l’homme des Nations unies, cette jeune Pakistanaise milite en faveur de l’éducation dans son pays.

Mona Eltahawy

Mona-Eltahawy

Féministe, musulmane et journaliste égyptienne, Mona Eltahawy consacre toute son énergie dans son combat des droits des femmes dans le monde arabe. Elle publie des ouvrages sur l’Egypte et le monde islamique, en y dénonçant la misogynie et les mutilations génitales féminines.

Simone Veil

Simone_Veil

Femme politique d’exception et pionnière des droits des femmes en France. Simone Veil défend depuis toujours la condition des femmes. Défenderesse du droit à l’avortement, elle fait dépénaliser le recours à l’IVG avec la loi Veil (1975) sous la présidence de François Mitterrand.

Par Esther Lallier

Crédits photo : Reuters | AFP | Belfond | Financial times

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s