Les dessous de la lingerie

Vous évitez le rayon lingerie comme la peste ? Vous êtes gênée à l’idée d’essayer un modèle ? Bienvenue dans le monde intraitable des porte-jarretelles et des dentelles ajourées.

Quand porter un soutien-gorge devient un parcours du combattant

Avant de se lancer dans l’énigmatique problème de vos mensurations, il est essentiel d’accepter son corps tel qu’il est. Laissez de côté les complexes et apprenez à vous mettre en valeur une bonne fois pour toutes.

Etape 1. Bien se mesurer

Il y a deux mesures à prendre en compte et à ne plus confondre : le tour de poitrine et le tour de dessous de poitrine. Le tour de poitrine détermine la taille de votre bonnet (A, B, C, …) tandis que le tour de dessous de poitrine se calcule en centimètres (allant de 75 à 115 cm).

Etape 2. Jeu de l’équivalence

Même si vous connaissez votre taille, les soutiens-gorge ne sont pas forcément taillés de la même façon selon les modèles et les marques. Vous pouvez alors trouver une taille équivalente. Par exemple, si vous portez habituellement un 90 B, mais que le modèle est trop large au niveau du tour de dessous de poitrine, essayez un 85 C. Si c’est le tour de poitrine qui est un peu trop large, tentez le 95 A. Vous avez ici trois tailles différentes mais qui sont pourtant équivalentes car vous jouez sur l’équilibre de deux mesures.

L’équivalence des tailles n’est pas une règle absolue, tout dépend de votre morphologie et votre confort. Le plus important est de se sentir maintenue et jolie, évidemment.

377e0251275e671716af4b13e1308ff0_large
Les baleines ne sont pas que des mammifères…

Etape 3. Se faire conseiller par une pro

Outre le problème des mesures, vous devez faire face à différents modèles de soutiens-gorge. Dans tout ce fouillis mercatique, on a vite fait de ne plus s’y retrouver et de péter un plomb. La meilleure aide que vous puissiez avoir est la conseillère de vente. Cette petite minette n’est pas forcément votre ennemie ! Elle est une vendeuse, certes. Elle est également la personne la plus qualifiée pour vous aider dans votre quête du Saint-Soutif.

Etape 4. Le briefing morphologie

Votre meilleur ami.

Poitrine très généreuse (bonnets D & E) : privilégiez le maintien. Cela vous permettra d’épargner votre pauvre dos qui souffre déjà d’un poids. Les modèles en coque et ceux avec de larges bretelles sont les plus adaptés.

À noter : les soutiens-gorge coqués n’ont rien à voir avec les soutiens-gorge rembourrés. La coque donne du galbe (effet arrondi, lissé) aux seins, alors que le rembourré (appelé aussi push up) ajoute un effet de volume et rehausse votre poitrine.

Poitrine plus légère (bonnets A & B) : vous avez carte blanche sur tous les modèles de soutiens-gorge de votre choix. L’avantage d’avoir une petite poitrine, c’est aussi de ne pas être obligée de porter des baleines. Les modèles sans armatures feront très bien l’affaire, en plus d’être hyper confortables.

Pour gagner une taille de bonnet, optez pour un modèle pigeonnant ou push up.

Pour un effet décolleté plus naturel, optez pour un modèle balconnet ou empire.

Si vous avez des seins trop écartés, optez pour un triangle push up. C’est un modèle légèrement rembourré avec des bretelles fines en forme de triangle qui va rapprocher vos seins pour un effet décolleté plus sexy.

Et vous voilà la nouvelle wonderwoman du soutif.

Par Esther Lallier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s